Notre choix

Au début de cette année, j’ai eu le désir de vouloir partager avec vous  mon quotidien passant par l’éducation de mes enfants via mon blog. Je pense qu’il est utile de vous parler de la pédagogie que j’ai adoptée avec eux dans mon premier article.

Cette année je suis convaincue que Dieu a tracé mon chemin et celui de ma famille. Avant, je doutais de mes décisions. Parfois, je suis encore sceptique de ma propre capacité à

 enseigner. De temps en temps, je suis inquiète pour le bien-être de mes enfants. D’autres fois, je suis un brin paresseuse rien qu’à l’idée de tout organiser et arriver à gérer notre quotidien. L’an dernier, j’ai découvert la pédagogie de Charlotte Mason grâce aux mamans blogueuses .

Comme je l’ai vraiment apprécié, j’ai commencé à lire ses livres et de  mettre en pratique sa philosophie . J’ai trouvé immédiatement une qualité exceptionnelle dans ses écrits. Ils correspondent à nos principes et nos valeurs. La première étape vers la méthode de Charlotte Mason est basée sur deux techniques de base : le livre vivant et la narration.

Les deux premières techniques à retenir

J’avais déjà entendu parler des « Livres Vivants » auparavant, mais je ne savais pas quel en était le contenu. J’ignorais également comment me les procurer et n’avais pas la moindre idée comment on pouvait les différencier des autres livres. Depuis, j’ai découvert avec grand plaisir ce qu’est un livre vivant. Ce livre donne vie au sujet, enflamme notre imagination et touche nos émotions.

On entre tellement dans le sujet que l’impression première est de vivre à côté de la personne dont on parle. Dans ce cas, le terme de livre vivant est vraiment bien approprié.

Concernant la narration, j ai commencé à lire un court passage du livre à mes enfants. Je leur ai demandé ensuite de me raconter cette même histoire avec leurs propres mots. La narration est quelque chose de naturel pour eux lorsqu’ils choisissent eux-mêmes le livre dont ils ont envie.

Pour ces raisons, nous avons appris à aimer le travail de Charlotte Mason même si j’avais un autre programme de Maria Montessori.

Plus que je lis les livres de Charlotte Mason et plus j’apprécie les méthodes qu’elle utilise avec ses élèves.

Cette année, mon garçon a neuf ans. Cette période charnière est marquée par des grandes transformations. Aussi, j’ai senti qu’il fallait changer notre routine pour continuer à accompagner correctement cet enfant dans son évolution éducative. Ce n’est pas tant la forme que j’ai voulu changer, mais surtout le fond. J’ai donc du réadapter notre planning et apprendre en profondeur qui est Charlotte Mason.

Courte biographie de Charlotte Mason

Charlotte Mason (1842-1923) est une éducatrice britannique ayant consacré sa vie à l’amélioration de la qualité de l’éducation des enfants. Orpheline à l’âge de seize ans, elle s’inscrit à la Home and Colonial Society pour suivre la formation des enseignants. Elle obtient un certificat de première classe.

Charlotte Mason enseigne ensuite pendant plus de dix ans à la Davison School à Worthing en Angleterre. Dans le même temps, elle commence à développer sa vision sur « l’éducation libérale pour tous ». Elle enseigne ensuite au Bishop Otter Teacher Training College à Chichester (toujours en Angleterre) où elle reste un peu plus de cinq ans. Elle est alors convaincue que les parents peuvent participer activement à l’éducation de leurs enfants en suivant quelques principes de base. Charlotte donne ensuite une série de conférences. Plus tard, elles seront publiées sous le nom générique d´« Home Education » et sont largement diffusées.

En quoi consiste la méthode Charlotte Mason

 « L’éducation est une atmosphère, une discipline,une vie».

La méthode de Charlotte Mason repose sur la ferme conviction que l’enfant est une personne qui doit être éduquée par ses référents physiquement et intellectuellement. La méthode d’éducation de Charlotte Mason comporte trois volets intitulés : « L’éducation est une atmosphère, une discipline, une vie».

Par «atmosphère», Charlotte désigne l’environnement dans lequel grandit l’enfant. Il absorbe beaucoup d’informations provenant de son environnement familial. Charlotte pense que les idées régissant la vie des parents constituent le tiers de l’éducation d’un enfant.

Par «discipline», Charlotte développe les bonnes habitudes, et plus particulièrement celles portant sur le caractère. Cultiver de bonnes habitudes dans la vie de l’enfant constitue un autre tiers de son éducation.

Le dernier tiers de cette éducation nommé «Life», s’applique aux universitaires. Charlotte pense qu’il faut inculquer aux enfants des pensées et des idées vivantes et pas seulement des faits concrets. Sa méthode pour enseigner les différentes matières scolaires est construite autour de ce concept.

Les vingts principes de l’éducation selon Charlotte Mason

1.Les enfants sont des personnes nées. Ils ne naissent pas vides, ils ne sont pas non plus “moins” que les autres. Chaque enfant est déjà une personne aussi complète que n’importe quel adulte.

2.Les enfants ne naissent ni bons ni mauvais mais avec la possibilité de basculer d’un côté ou de l’autre.

3.Le concept d’autorité et d’obéissance s’applique à chacun, qu’on l’accepte ou non. La soumission à l’autorité est nécessaire au bon fonctionnement de n’importe quelle société, groupe ou famille.

4.Ces derniers principes sont limités par le respect inhérent à la personnalité de chaque enfant. Nous n’avons pas le droit, pour l’élever, de jouer avec ses peurs, l’amour qu’il nous porte, ou n’importe lequel de ses désirs naturels.

5.Pour éduquer l’enfant, nous ne disposons que de trois outils : l’environnement naturel, l’instauration de bonnes habitudes, et une exposition aussi riche que possible à une multitude d’idées vivantes. Autrement dit : L’éducation est une atmosphère, une discipline, une vie.

6.L’éducation est une atmosphère ne signifie surtout pas que l’enfant doit évoluer dans un environnement artificiellement adapté et préparé pour lui. Tout cela insulte son intelligence; à nous de faire en sorte, au contraire, que son environnement soit foisonnant et que chaque expérience soit une belle occasion pour apprendre. Les enfants sont tout à fait capables de s’adapter sans que l’on ait besoin de tout abaisser à une hauteur enfantine. Ils apprennent beaucoup mieux directement avec les choses réelles, dans un monde réel.

7.L’éducation est une discipline signifie que nous devons entraîner l’enfant à adopter de bonnes habitudes durables.

8.L’éducation est une vie. Elle a besoin, comme n’importe quel être vivant, de nourriture pour subsister. L’esprit réclame une grande quantité d’idées vivantes : pour pouvoir s’épanouir, tous les enfants devraient bénéficier d’un programme d’études très généreux.

9.L’esprit de l’enfant n’est pas un vase à remplir : il est une chose vivante qui a besoin d’idées pour grandir. C’est là son régime naturel : l’esprit est fait pour digérer la connaissance, comme l’estomac est fait pour digérer les aliments. Nul besoin de préparation ou d’entraînement spécifique : l’esprit naît déjà prêt pour apprendre.

10.Cette philosophie, selon laquelle l’enfant est un réceptacle à remplir de connaissances, rend l’enseignement infiniment plus compliqué pour le professeur ! Dès lors tout dépend de la manière dont il a préparé ses leçons, tout repose sur lui : les élèves ainsi éduqués passent beaucoup de temps en classe mais reçoivent peu de connaissances.

11.Au contraire, l’esprit des enfants est capable de digérer une vraie connaissance. Un vaste programme d’études leur est proposé, afin de les exposer à une multitude d’idées vivantes et de concepts passionnants.

12.L’éducation est la science des relations signifie que l’enfant est capable de faire ses propres connections. Il doit pour cela avoir assez d’idées, d’expériences et de connaissances à mettre en relations : notre rôle d’éducateur est de veiller à ce qu’il apprenne beaucoup au sujet de la nature, des sciences et des arts, de la fabrication des objets, qu’il lise beaucoup de living books et qu’il soit dégourdi physiquement.

13.Lors de la conception des programmes d’études, nous devons retenir trois éléments cruciaux :

  • le programme doit être riche car l’esprit n’est jamais rassasié.
  • les connaissances doivent être variées : la monotonie endort les enfants et leur fait perdre toute curiosité.
  • tous les sujets doivent être présentés dans une parfaite qualité littéraire.

14.Nous ne possédons vraiment que la connaissance que nous avons pu exprimer oralement. Pour que l’enfant assimile, l’exercice de la narration est placé au centre des apprentissages.

15.Les enfants doivent passer à la narration après une seule lecture. Ils sont capables de retenir à la perfection dès la première fois pour peu qu’ils soient entraînés à se concentrer. Lorsque le maître/ la maîtresse, explique un passage littéraire ou pose des questions de compréhension de texte, il donne aux enfants l’habitude de se reposer sur lui/ elle et de ne pas écouter à la perfection dès la première lecture. Lorsque l’enfant sait qu’il n’a qu’une seule chance de retenir chaque détail d’une histoire qu’il devra ensuite raconter seul, il exerce sa mémoire et prend l’habitude de se concentrer : le temps de travail gagné est considérable. Les enfants ainsi entraînés apprennent beaucoup plus vite que les autres, peu importe leur intelligence ou leur origine sociale.

16.Les enfants ont deux guides pour les aider au fil de leur croissance morale et intellectuelle : la “voie de la volonté” et la “voie de la raison”.

17.Chaque enfant doit apprendre la différence entre “je veux” et “je dois”. Il doit savoir se distraire lorsqu’il est tenté de faire quelque chose qui ne serait pas juste. Après une courte diversion, l’esprit est rafraîchi, capable de prendre du recul vis-à-vis de ses pulsions.

18.La voie de la raison : les enfants doivent apprendre à ne pas trop se fier à leur propre raison. La raison sert à merveille  la science et les démonstrations mathématiques. Pour justifier des idées en revanche, elle s’avère souvent désastreuse : la raison trouve toujours un moyen irréfutable de justifier les idées auxquelles nous voulons croire, peu importe leur valeur.

19.Puisque la raison n’est pas digne de confiance, tous les enfants doivent apprendre que leur plus grande responsabilité est de choisir quelles idées adopter ou rejeter.. Seuls de bonnes habitudes de comportement et un bain culturel très riche permettent d’acquérir assez de discipline et d’expériences pour pouvoir faire cette démarche.

20.Toutes les vérités sont des vérités de Dieu. Les enfants ne sont pas ballottés entre leur religion et les matières scolaires : quel que soit le sujet étudié, Dieu est toujours à leurs côtés.(source La pédagogie Charlotte Mason par Laura Laffon)

Envoyer ton message
1
Une Question?contactez moi sur whatsapp
grandirlibrement-التنشئة الحرة
Bonjour☺
Je suis disponible à répondre à toutes vos questions.
السلام عليكم ورحمة الله وبركاته
أي سؤال أو استفسار مرحبا